SOME PLACES SHOULD STAY LOCKED FOREVER.

Sinister Seven : Interview pour Rue Morgue Magazine

Sinister Seven: Dead Crossroads’ Fabien Delage

Par April Snellings le 26 juillet, 2012

 

Fabien Delage est un homme aux nombreux talents. Quand il n'est pas en train de travailler dans les mines de sel de Rue Morgue en tant que contributeur pour le magazine ainsi que pour Rue Morgue France, Fabien passe la totalité de son temps comme graphic designer, photographe, videographe et horror nerd de classe internationale.

 

Son dernier projet est le premier du genre en France. Dead Crossroads est une mini série de 10 épisodes qui suit Fabien et l'expert français en survie Julien Mazzitelli lors de leurs visites des endroits les plus flippants de France. C'est un ghost show à tendance artistique; Fabien a l'oeil pour les ambiances cinématographiques, faisant de Dead Crossroads un show à part et différent des autres.

 

Fabien s'est récemment rendu disponible pour cet exercice dans la peur que nous aimons appeler le Sinister Seven.

 

 

Les emissions tells que Ghost Hunters et Paranormal State sont très populaires en Amérique du Nord, bien sûr. Le sont-ils en France?

 

Le concept de ghost show est très peu connu en France, seules les chaînes TV cablées diffusent de temps à autre des versions françaises des series nord américaines les plus connues mais aucune diffusion sur des chaînes nationales ni de DVD region 2. Les Français sont donc très peu familiarisés avec ce genre d’émissions. C’est un type de divertissement totalement méconnu en France mais avec le succès de films comme Paranormal Activity et la mode du found footage, les Français sont prêts à apprécier ce genre de reportages. C’était le moment parfait pour créer le premier Paranormal show à la française.

 

Pourquoi pensez-vous que ces emissions ont tant la côte?

 

Je pense que si ces émissions ont tant de succès c’est parce qu’elles abordent le thème des esprits sans trop faire peur. Ca fait moins peur qu’un film d’horreur, c’est tout public, c’est facile à suivre, cela s’inscrit dans la réalité et ça fait gentilement frémir. Les situations et mises en scenes tentent de rationaliser la mort, de faire des fantômes une science et de faire participer le spectateur à une enquête ponctuée de phénomènes paranormaux. Les gens aiment se faire peur avec des histoires de crime, les series TV de ghost hunting satisfont leur curiosité morbide en y ajoutant une part de surnaturel. C’est une recette qui ne peut que marcher.

 

Comment vous définiriez-vous à part de ces autres reality shows?

 

 

Dead Crossroads est le premier ghost show français. De part ce fait, il n’a bénéficié d’aucun soutien financier de la part des chaines TV françaises ou des regions. Aucune aide n’a été atribuée par une quelconque institution cinématographique française. Les investisseurs et producteurs sont bien trop frileux pour vouloir participer à ce genre de projet. Il s’agit donc d’une série low budget indépendante, libre et donc bien plus authentique. Nous ne sommes que deux: je filme et documente avec des handy cams HD pendant que Julien Mazzitelli ouvre la marche et nous fait faire un tour du propriétaire. Julien est specialisé dans la randonnée, il est habitué aux endroits hostiles et sauvages et fait également office de guide de survie! Car nous assistons quelques fois à des situations extremes où il faut savoir garder son calme. Chaque episode dure 15 minutes en moyenne, contrairement aux autres shows, nous avons choisi d’aller à l’essentiel. Les interviews, témoignages et reconstitutions ne m’intéressent pas, je préfère me concentrer sur l’exploration, l’expérience, l’aspect sensoriel du voyage. Les maisons et chateaux que nous visitons sont très différents de celles que l’ont peut trouver en Amérique, chaque demeure a son propre caractère, sa propre architecture et atmosphere. Nous racontons des histoires basées sur des évènements réels et nous les illustrons avec des images d’endroits hantés où nous sommes face à nous memes, à des dizaines de kilomètres de toutes civilisation. Pas de vision thermique ni de recording audio pour EVP, pas plus que de EMF meters ou d’ordinateurs, juste deux explorateurs avec des sacs de couchages et des lampes frontales, confrontés à une terreur bien réelle. Un ghost show se doit d’effrayer et de divertir et c’est exactement ce que nous faisons en jouant avec les codes du documentaire à travers un carnet de voyage morbide et visuel ponctué par des péripéties surnaturelles plus que troublantes.

 

Quelle est la chose la plus dérangeante dont vous avez fait l'expérience pendant vos expéditions?

 

Pour être honnête, nous avons affronté la peur à plusieurs reprises et à chaque fois dans des situations différentes. Nous avons réussi à capturer beaucoup de phénomènes dérangeants en video, certains dont nous avons été témoins en direct et d’autres que nous avons découverts en regardant les rush. Beaucoup de choses troublantes nous sont arrivées. Des objets qui tombent, des manifestations auditives et visuelles, nous avons été confrontés à des situations terrifiantes, mais à chaque fois c’est l’ambiance lourde et oppressante qui règne qui est la plus terrifiante. Julien et moi avons visité un manoir qui date du début du 20ème siècle. Les proprietaries s’y sont succédés un nombre incalculable de fois, toujours dans des circonstances tragiques. Quand nous avons passé la nuit là bas, nous avons été reveillés par des bruits indescriptibles vraiment flippants, c’était impossible de definir ce que c’était. Nous avons vu passer une forme humaine entre deux portes, le bruit s’est fait plus insistant et nous avons fuit dans les couloirs. C’était l’une de nos experiences les plus terrifiantes.

 

A quel point est-ce difficile d'obtenir des accès réglementés aux endroits que vous explorez?

 

Ca a été très compliqué d’avoir accès à tous les lieux. Obtenir leur géolocalisation ou un contact relevait déjà du miracle. Grâce à nos recherches, nous avons réussi à obtenir l’autorisation de certains propriétaires et municipalités. Personne ne veut acheter les terrains et les ruines sont laissées à l’abandon, à l’écart des villages. Certaines maisons n’ont pas été visitées depuis leur fermeture par la police depuis des decencies. Nous avions l’authorisation d’y passer la nuit mais dans certains cas, lorsqu’il est impossible de remonter jusqu’au propriétaire du terrain, nous y allons, sans que personne ne le sache. Malheureusement nous ne pourrons probablement pas diffuser les episodes tournés de cette manière.

 

Comment vos expériences avec Dead Crossroads ont affecté votre attitude face aux phénomènes paranormaux?

 

Comme tous les ghost show, Dead Crossroads pourrait être considéré comme un docu soap et, meme si les histoires et les lieux sont reels, nous assumons pleinement la part de mise en scène dans certains episodes. Nous voulions pimenter les enquêtes et les explorations avec des séquences plus empruntes aux films d’horreur, des sequences qui fassent réellement frémir. Pour certaines scenes, nous avons fait appel à des sfx, mais le plus inquiétant c’est ce qui est filmé sans aucun trucage. Le spectateur sera amené à juger ce qui est vrai de ce qui est faux. Les apparences sont trompeuses, et ce qu’on voit à l’écran, aussi fou que ça puisse paraître, est la plupart du temps bien reel. Je pensais revenir de nos expeditions avec des footage ennuyeux, il en a été tout autre. Ce que j’ai vu, à ce jour, je ne l’explique toujours pas, et cela me derange encore. Je suis plus ouvert, sans aucun doute!

 

Vous considérez vous alors comme un sceptique ou un croyant?

 

Bien qu’étant passionné par le divertissement horrifique, je ne me suis jamais vraiment intéressé aux esprits. J’ai assisté à quelques évènements qu’on pourrait qualifier de paranormaux dans ma jeunesse mais je suis toujours resté très septique. Pour moi il  y a une explication à tout. Je ne me suis jamais vraiment intéressé aux ghostshow non plus, mais en visitant des maisons abandonnées pour le plaisir, j’ai trouvé ces lieux tellement magiques que j’ai voulu me replonger dans le mythe de la maison hantée. Nous avons donc cherché des maisons supposées hantées en France dans l’idée de créer une série TV paranormale française. Comme dans tous les ghostshows que j’avais regardé, je voulais montrer des trucs gros comme une maison, des séquences peu credibles, je voulais me foutre ouvertement de la gueule du spectateur, lui faire croire n’importe quoi tout en m’amusant. Il s’avère qu’avec tout ce que nous avons vécu, il en a été tout autrement. J’étais persuadé qu’il ne se passerait rien et que, pour que la série soit intéressante, il fallait mentir et fabriquer la peur. Mais dès la première nuit d’expédition, nous avons assisté à des choses inimaginables et avec les choses terrifiantes que nous avions vues, je me suis dit qu’il n’y avait plus besoin d’inventer des mises en scène. Les phénomènes paranormaux venaient à nous plus facilement qu’on ne l’aurait cru. Nous avons même dû quitter un château en pleine nuit tant l’endroit était hostile. Nous étions confrontés à des évènements violents incessants et terrifiants, des évènements que la raison ou la science n’expliquent pas.  A ce jour, je sais ce que j’ai vu, ces expeditions ont change ma vie. C’est plus rassurant d’être septique, mais lorsqu’on voit des choses aussi incroyables de ses propres yeux, on ne peut qu’admettre que quelque chose ne va pas dans ces maisons et on espère alors que cela ne nous suivra pas en rentrant chez nous… Je dors beaucoup moins bien depuis que nous sommes rentrés.

 

To learn more about Dead Crossroads, go here. 

 

 

 

Récompensé au Japon pour ses typos en 2010, le graphic artist Fabien Delage connu sous le surnom WMK ou The Wondermaker est un artiste urbain, photographe et créateur de polices de caractères. Dans le top 100 des font artists les plus téléchargés sur internet, ses créations sont partout: films, jeux video, vêtements, sites web, même dans Second Life! Il travaille aujourd'hui comme designer freelance pour des magazines, chaînes TV et agences de pub internationales les réputés.

 

Il est également scénariste, réalisateur et videographe; certains des court-métrages et mini séries qu'il a écrit et co-réalisé ont reçu des prix et le cinéaste développe actuellement divers métrages pour la télévision avec la société Hippocampe Productions. Passionné par le divertissement d’horreur, il est aussi rédacteur-contributeur pour le plus grand magazine d'horreur du monde Rue Morgue Magazine (Nord Amérique) et la voix de Rue Morgue France.

 

En 2011 est paru son premier projet photo pop érotique The Future Is Not What It Used To Be à New York. Soutenu par les plus grands photographes érotiques internationaux, Fabien est d'ores et déjà considéré comme le représentant français de la nouvelle photographie érotique. En avril 2012, Urban Gallery Paris et Very Venice Los Angeles présentaient The Drift une sélection de ses clichés les plus provocants, les plus fun et vibrants à travers une exposition d'une quarantaine de clichés inédits aux formats variés. Aujourd'hui, Fabien met de côté ses projets artistiques, la photographie et la typographie pour se consacrer à la création du premier ghost show de l'histoire de France en s'associant à la société d'investisseurs Fright House Pictures, avec pour but de produire la plus indépendante des séries fantastiques françaises!

 

A propos de Fabien Delage

rm_we_dare_you follow-us FaceBook_128x128 Twitter_128x128

LISTEN. WATCH. FEEL. FEAR.

logo rue morgue new-banner banner-dcr-dvdpaschers these-bones-shall-rise-banner-rm